Formations – Accompagnements d’équipes – Conseil en organisation du travail – Conduite d’études participatives – Conseil aux collectivités locales


2020: dernière année pour s’inscrire individuellement à un stage organisé par l’orage!

Suite à la dernière réforme de la formation professionnelle, qui entrera en vigueur au 1er janvier 2021, le financement de formation individuelle sera centré autour du CPF (Compte Personnel de Formation). Le CPF permettra de financer uniquement des formations certifiantes ou diplômantes. Notre catalogue de formation n’est pas éligible au CPF.

Cette réforme nous a amené à repenser nos modalités d’intervention et à privilégier les interventions sur site à partir de 2021. Nous proposons pour la dernière fois en 2020, un programme de formation sur inscription individuelle: si vous souhaitez participer à une de ces formations avec l’orage, n’hésitez donc plus à vous inscrire!

Nos formations programmées à Grenoble en 2020:

DEUX CYCLES LONGS

  • Education populaire et transformation sociale qui débute le 6 avril 2020 (84 heures)
  • Devenir conférencier-e gesticulant-e qui débute le 16 avril 2020 (69 heures)

DES STAGES COURTS (21 heures)

  • Provoquer du pouvoir d’agir, les 06, 07 et 08 avril 2020
  • Susciter la participation, les 11, 12, 13 mai 2020
  • Penser et agir collectivement avec l’entraînement mental, les 08, 09 et 10 juin 2020
  • Penser les rapports sociaux, lutter contre les discriminations, les 29, 30 juin et 1er juillet 2020

NOS TARIFS DE FORMATION SUR INSCRIPTION INDIVIDUELLE

Pour les stages courts: les frais pédagogiques sont de 630€

Pour les cycles longs: les frais pédagogiques sont de 2000€

Vous pouvez bénéficiez d’une prise en charge par votre OPCO sur le plan de développement des compétences de votre structure ou par l’AIF si vous êtes inscrit-e-s à Pôle emploi. N’hésitez pas à nous contacter à contact(at)scoplorage.org pour plus d’informations!

Présentation de L’orage

L’orage est une coopérative d’éducation populaire essaimée de la SCOP LE PAVE à Rennes en 2011.

Nous voulons réhabiliter l’éducation populaire, au travers de différentes activités :

  • Des formations professionnelles continues à travers notre activité d’organisme de formation : stage sur site au sein de structures, ou inscription individuelle sur notre catalogue annuel de formation.
  • Des accompagnements associatifs : sur demande des associations directement ou dans le cadre de dispositifs tel que le DLA (Dispositif Local d’Accompagnement)
  • Des accompagnements pour des collectivités territoriales basé sur une méthodologie participative : animation de concertation, rédaction d’un projet de service, diagnostic participatif d’une politique publique, production partagée d’un état des lieux…

Les champs d’intervention de la coopérative sont principalement :

  • l’animation socioculturelle, l’éducation, l’enfance, la jeunesse
  • la cohésion sociale et l’action sociale de proximité
  • la citoyenneté et l’accès aux droits
  • le secteur médico-social, sanitaire, le travail social
  • le secteur public
  • le secteur paysan, la consommation responsable
  • l’urbanisme, l’aménagement du territoire, la politique de la Ville, le cadre de vie
  • le secteur coopératif

Nos principes fondamentaux

Cultiver l’intelligence collective

Nous pensons l’éducation populaire comme la pédagogie de la démocratie. Celle-ci n’étant pas un état mais une pratique, un processus constant, elle nécessite alors des outillages et des méthodologies de travail collectif pour être mise en œuvre concrètement.

Travail des représentations

L’exploration des contours d’une situation problématique suppose un travail rigoureux des représentations. Il s’agit d’entendre la façon subjective dont les différents acteurs se représentent la situation. Généralement empêché, c’est pourtant un point de départ inévitable pour construire une démarche commune de résolution de problématiques. Partir des subjectivités facilite l’expression individuelle et rend visible des éléments implicites d’une situation pour mieux les dépasser.

Utilisation des récits biographiques

Ceci constitue l’une des spécificités de l’éducation populaire. Un principe qui affirme que nous ne sommes pas que des procédures administratives : nous sommes aussi le produit de notre histoire et nos positionnements ont aussi des racines dans nos expériences. Il s’agit pour nous de prendre en compte le parcours de chacun pour envisager une place réelle dans les démarches collectives. De nombreuses séquences de formation introduisent des consignes de récit comme point de départ pour une capitalisation de matériel vers une mise en cohérence théorique dans un second temps.

Travail des contradictions

Les questions de fonctionnement collectif sont également des questions culturelles, les questions culturelles sont aussi des questions éducatives, les questions éducatives sont aussi des questions sociales, les questions sociales sont des questions économiques, etc. Une réelle transversalité ne peut s’entendre que comme un travail contradictoire, c’est-à-dire un travail des contradictions entre les différentes logiques de séparation, pour repenser les problématiques dans leur globalité. C’est un exercice dialectique afin d’enrichir et de décaler la perception des situations.

Construire la participation

Ce travail rigoureux des contradictions est une autre façon de nommer la participation, laquelle est généralement limitée simplement à un processus d’approbation de décisions prises sans débat de qualité. Il s’agit pourtant d’associer l’ensemble des acteurs (ex : élus, agents, associations, citoyens) dans l’exploration des enjeux liés à un projet collectif, en prenant en compte les intérêts qui les opposent plutôt qu’en les occultant sous un prétexte d’injonction paradoxale de la construction de partenariats.

Réfléchir aux méthodes

Il s’agit de rompre, autant que faire se peut, avec les formes habituelles de réunions dans la mesure où elles sont fréquemment vécues et décrites comme insatisfaisantes. Notre proposition porte autant sur la production du diagnostic que sur les méthodes mises en œuvre pour y parvenir. Les méthodes et outils participatifs doivent rester des supports au service d’une démarche de facilitation du travail collectif en respectant la singularité de chacun.

Pour nous contacter:

20, place Saint Bruno
Grenoble, 38000